nav-left cat-right
cat-right

Zoom sur Jean-Louis Buecher, un comédien haut en couleurs

Zoom sur Jean-Louis Buecher, un comédien haut en couleurs

th

Jean-Louis Buecher, spectacle La mécanique des papas, compagnie Smala bleu-théâtre

 

Depuis plusieurs années, Jean-Louis Buecher, comédien et directeur de la compagnie Smala

bleu-théâtre¹, intervient régulièrement dans les coopératives scolaires OCCE des Pyrénées-

Atlantiques dans le cadre du projet Théâ-Lire (cf. article « Le théâtre jeunesse contemporain a toute sa

place à l’OCCE »). Entre écriture et mise en scène de spectacles, représentations ou animations dans les

écoles, « l’Homme de théâtre », tel qu’il se définit lui-même, nous a accordé un entretien riche et

passionnant.

 

1) Présentez-vous (vous, votre compagnie, pièces ou œuvres créées).

Jean-Louis Buecher : J’ai les cheveux blancs pour dire quelque chose de mon âge. J’ai deux enfants et je vis face à la

chaîne des Pyrénées près de Pau.

Les métiers du théâtre sont au cœur de ma vie, et comme j’en pratique plusieurs je me suis nommé Homme de théâtre.

J’écris, je joue, je mets en scène, je réalise décors et lumières, une sorte de doux-dingue qui compose son théâtre

comme un artisan, avec des matériaux : les mots, les couleurs, le mouvement, les objets du quotidien…

Après avoir joué dans divers spectacles et en avoir mis en scène, pour les adultes, il y a plus de 20 ans je me suis

dirigé vers le tout jeune public, car j’avais des « choses » à lui dire. Quand je vois un tout petit enfant faire ses premières

expériences de la vie (comme marcher, essayer de dire, jouer intensément…), je ne peux m’empêcher de voir en lui

le premier humain faisant les mêmes premières expériences de l’humanité. Et j’aime particulièrement m’adresser

à ce point très particulier qui nous concerne et nous relie tous. Et comme j’aime bien la difficulté, travailler pour le

public de la petite enfance m’oblige à élaborer des formes très épurées et dégagées des scories de l’anecdote pour le

rencontrer et le concerner.

 

IMG_5880

        Animation Jean-Louis Buecher à l’école d’Idron, mars 2015

 

« La lecture théâtrale est une pratique très physique nécessitant une implication entière de la

personne ».

 

2) Parlez-nous de votre travail avec les coopératives scolaires OCCE.

J-L. B : Ce travail remonte maintenant à plusieurs années. Il s’agit de mettre en mouvement une classe sous le regard

de son enseignant, autour de la lecture à haute voix devant un public. Il s’appuie principalement sur le présupposé

que ce qu’a écrit l’auteur du texte est de sa volonté et que l’ensemble de cette matière a à être donnée à entendre par

le lecteur du texte, sans « bidouillage ». Que de transmettre à voix haute à d’autres cette matière comporte beaucoup de

paramètres, comme les syllabes, la ponctuation, le souffle, la puissance, l’adresse, le regard, la prise en compte du

public…pour ne pas avoir avoir à se soucier d’y mettre « le fameux ton ». Et par l’apport de consignes de lecture pour

faire progresser le travail de la classe et d’arriver très rapidement à ce que l’enfant et la classe deviennent des

masticateurs des mots et du texte. La question du sens viendra bien après.

 

th (1)

« Choisir un texte pour ses qualités d’écriture, c’est

comme un voyage. Quelles contrées avez-vous

envie de parcourir et de faire découvrir aux

autres ? »

 

 

 

 

 

 

Jean-Louis Buecher, spectacle La mécanique des papas

 

3) Existe-t-il une problématique particulière à travailler avec une classe ?

J-L. B : Oui, je crois que c’est celle de veiller que la lecture soit entendue, c’est-à-dire que le texte émis arrive jusqu’aux

oreilles de son destinataire et dans son intégralité, jusqu’au bout. Lorsque l’on a déjà résolu cette réelle difficulté, un

gigantesque pas a déjà été franchi, et les lecteurs ont déjà fait l’expérience que la lecture est une pratique très physique

nécessitant une implication entière de la personne.

 

4) Y a-t-il des auteurs de théâtre jeunesse que vous privilégiez pour votre travail en classe ?

J-L. B : Le choix du texte est de la responsabilité de l’enseignant avec sa classe. Plus l’enseignant choisira un texte pour

ses qualités d’écriture, plus son travail avec la classe aura de la bonne matière pour grandir. C’est comme un voyage.

Quelles contrées avez-vous envie de parcourir et de faire découvrir aux autres ? Et l’OCCE 64 a un fond de livres dans

lesquels les enseignants peuvent venir puiser jusqu’à plus soif !

 

5) Que conseilleriez-vous à un enseignant qui souhaite se lancer avec sa classe mais qui n’ose peut-être

pas s’engager par manque de temps ?

J-L. B : Si l’enseignant n’a pas le temps, il n’a pas le temps ! Je ne suis pas magicien !

 

6) Parlez-nous de votre récente acquisition, le camion du restaurant Le Caméléon (Pau). En quoi

va-t-elle vous aider dans votre travail au quotidien ?

J-L. B : Depuis quelques temps, j’ai décidé de transformer ma façon de travailler et d’intégrer mon espace de création

dans mon cadre de vie privée. Je suis à la recherche d’une forme de spectacle différente de celle que je pratique

jusqu’à aujourd’hui. Je souhaite rencontrer la famille du tout jeune enfant, m’intéresser à cette cellule particulière

qui s’engage sur le terrain ardu et difficile d’avancer et de mener aujourd’hui des jeunes enfants vers l’adolescence,

vers l’âge adulte. Je crois que le théâtre a une responsabilité sociale à assumer, et arrivé à l’âge de la Grand’paternité,

j’ai un très vif désir de créer ce nouvel « objet » de rencontre, de lien et de parole.

Alors le bus du Caméléon est arrivé dans ma vie au moment où j’étais à la recherche d’une cabane, d’un « contenant »

à mettre au fond de mon jardin, face aux Pyrénées. Clarisse la propriétaire du restaurant le Caméléon cherchait au

même moment à arrêter son activité. Nous nous sommes rencontrés et depuis le bus est dans mon jardin, et moi dans

mon bus qui est devenu mon lieu d’élaboration et de création.

L’aventure est lancée, adviendra ce qui…Et j’ai 20 mètres à faire pour aller au travail !

 

th (2)

 

 

 

¹ : Lien vers la compagnie Smala bleu-théâtre : http://www.smalableutheatre.com